L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau

L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau - O. Sacks (1992)

L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau – O. Sacks (1992)

Faisons simple : c’est le petit livre qui m’a donné envie de faire de la neuropsychologie.

Olivier Sacks, le célèbre neurologue prosopagnosique, décrit de sa plume très juste une série de cas aux troubles incroyables dont cet homme qui prenait sa femme pour un chapeau.

L’auteur tient la neuropsychologie en très haute estime, chose agréable à lire à l’heure où beaucoup de neuropsychologues Français s’abritent et se cachent derrière des murs de verre…

Sans rentrer dans un débat houleux en cette belle soirée de juin, je conseille ce livre (en plus au prix rikiki) à tous ceux qui ne l’auraient pas lu, ou comme cadeau pour vos proches soucieux d’ouvrir leur esprit.

 

Publicités

Le livre noir de la psychanalyse

Le livre noir de la psychanalyse - Catherine Meyer (2010) - les arènes

Le livre noir de la psychanalyse – Catherine Meyer (2010) – les arènes

 « Vivre, penser et aller mieux sans Freud »

En voila une punchline efficace !

Tout le monde connait le « crépuscule d’une idole, l’affabulation Freudienne« , tant il a enflammé les plateaux télés des Ruquier et autres. L’ouvrage volontairement explosif de Michel Onfray, résolument anti-freudien, puise pourtant toute son essence, voir  même l’extrême majorité de son contenu, dans « Le livre noir de la psychanalyse« .

Encore une fois, la psychanalyse est une discipline qui n’existe, en tant que prise en charge des maladies mentales, quasiment plus à part en France et en Argentine. Inefficace, trop longue, trop chère, les alternatives existantes aujourd’hui sont nombreuses et, devant l’ensemble des preuves scientifiques qui s’accumulent pour montrer l’obsolescence sa théorie, on se demande pourquoi en France, certains la défendent avec acharnement…
Comme premier pas pour endosser la toge du scepticisme, Le livre noir de la Psychanalyse est parfait. Comme les philosophes des lumières, qui cherchaient à donner au peuple les outils pour mieux comprendre le monde qui les entoure, Catherine Meyer et son équipe passe minutieusement au crible l’imposture analytique. Et leurs arguments sont clairs, carrés, sourcés, sensés et les sujets traités le sont avec expertise, justesse, méritant l’audience la plus large possible.  
Cet ouvrage devrait être une lecture obligatoire pour tous les étudiants de psychologie.
Apportant une vision différente de celle enseignée dans les instituts, il a le double mérite de revoir toutes les théories et les cas célèbres de la psychanalyse et de poser des questions d’une importance capitale afin de pouvoir raisonner de manière critique sur la situation actuelle de la psychologie en France.