Comment informatiser un questionnaire gratuitement en 10 minutes

neuropsydia_headtext-2

Tuto pratique 🙂

En neuropsycho, comme en psychologie de manière générale d’ailleurs, l’une des méthode d’investigation la plus populaire est l’utilisation de questionnaires. Seulement voilà, il en existe des milliers, avec des versions différentes, des étalonnages et validations particulières, des traductions officielles et officieuses etc.

Résultat des courses : c’est la pagaille ; les cliniciens se retrouvent avec des extraits de questionnaires passés par des milliers de photocopieuses, doivent ensuite faire une cotation fastidieuse et chronophage, avant d’interpréter les scores selon des normes parfois douteuses, utilisant quand ils ont de la chance des fichiers excel sorti d’on-ne-sait-où qui calculent des indices on-ne-sait-trop-comment.

Et car je pense qu’un neuropsychologue doit, et doit pouvoir, travailler avec des outils de bonne qualité, je vais proposer aujourd’hui un moyen d’informatiser des questionnaires, qui feront automatiquement la cotation et la sauvegarde des réponses.

Pour cela, on va utiliser Neuropsydia, un genre de logiciel gratuit, open-source (tout le monde peut contribuer à son amélioration), basé sur le célèbre python, qui permet de développer des tâches, des tests, des expériences, faire des stats et, et c’est ce qui nous intéresse ici, d’informatiser très simplement des questionnaires.

JE VOUS PRÉVIENS : AUCUNE EXPÉRIENCE DE PROGRAMMATION N’EST REQUISE.

Remarque : ceci s’adresse aux utilisateurs de Windows. Pour les Linuxiens ou les membres de la secte à la pomme, cela viendra  ;).

Suivez simplement les instructions suivantes :

  1. Télécharger Winpython (la dernière version, avec QT5 et non-zéro).
  2. Installez-le sur votre bureau ou sur une clé USB si vous voulez (ce logiciel est portable, ce qui fait que vous pouvez le balader sur une clé USB pour l’utiliser chez vous, au cabinet, à l’hôpital…)
  3. Une fois  l’installation terminée, ouvrez le dossier du logiciel, et lancez WinPython Command Prompt.exe
  4. Cela devrait ouvrir une console noire. Copiez-y la ligne suivante :

pip install https://github.com/neuropsychology/Neuropsydia.py/zipball/master

Appuyez sur ENTRER. Le logiciel devrait se mettre à télécharger des trucs (cela peut quelques minutes). Une fois qu’il a fini, fermez-le.

installation neuropsydia winpython pip

TADAAA, vous avez réussi à installer Winpython (qui contient le langage python) et Neuropsydia.

Maintenant, double-cliquez sur Spyder.exe, toujours dans le dossier du logiciel.

Le logiciel s’ouvre (prenant un certain temps la première fois). Il est constitué de 3 fenêtres:

  • L’éditeur (l’équivalent d’un fichier texte : l’endroit ou votre programe sera écrit).
  • La console (La où vit Python, quand vous lancer un programe, il ne fera rien de plus que de copier ce qu’il y a dans l’éditeur dans cette console).
  • Un 3ème panneau pas important aujourd’hui.

Commencez par enregistrer (Fichier -> Enregistrer sous…) le fichier quelque part (genre sur votre bureau). Appelez le comme vous voulez. De manière a ce que ça  donne « commevousvoulez.py » (sans oublier le .py à la fin).

Faisons un test minimal

En théorie, ce fichier devrait être vide, a part la première ligne qui contient # –– coding: utf-8 –-.

Sautez une ligne et collez dessous le code suivant :

import neuropsydia as n  # Load neuropsydia

questions_dictionary = {

 "Item": {
 1: "Is Neuropsydia great?",
 2: "Is Neuropsydia not great?",
 3: "Is Python great?",
 4: "Is Python not great?"
 }
}

n.start()
n.questionnaire(questions_dictionary)
n.close()

Ensuite, appuyez sur F5 ou sur la flèche verte pour exécuter le programe (si c’est la première fois, il vous demande si vous voulez toujours exécuter le script dans la console ouverte, dites oui).

questinnaire computerize neuropsydia

Ne paniquez pas, j’ai réglé mon éditeur en mode « dark » c’est pour ça qu’il est sombre 😉

PAS MAL, NON ? et c’est que le début.

Bien-entendu, l’idée c’est de remplacer les questions par celles de votre questionnaire.

Alors, maintenant, on va complexifier notre questionnaire, en précisant certaines informations, notamment :

  • Quels sont les items inversés : Neuropsydia va ainsi automatiquement calculer le bon score en inversant la réponse du sujet.
  • A quelle dimension appartient chaque item : Souvent, plusieurs items servent à mesurer la même dimension (par exemple, « extraversion »). En indiquant à quelle dimension appartient chaque item, Neuropsydia peut automatiquement calculer la moyenne du sujet pour chaque dimensions.
  • Changer le style des échelles : notamment si l’on ne veut pas une échelle analogique (avec une infinité de points, mais par exemple juste les chiffres de 0 à 7). On peut également proposer que les questions soient automatiquement randomisées, et bien sûr de sauvegarder les données.

Voici un exemple de code pour faire tout ça :

import neuropsydia as n

questions_dictionary = {

    "Item": {
        1: "Is Neuropsydia great?",
        2: "Is Neuropsydia not great?",
        3: "Is Python great?",
        4: "Is Python not great?"
    },
    "Reverse": {
        1: False,
        2: True,
        3: False,
        4: True
    },
    "Dimension": {
        1: "Neuropsydia",
        2: "Neuropsydia",
        3: "Python",
        4: "Python"
    }

}

n.start()
n.questionnaire(questions_dictionary,  # The questions
                anchors=["Not at all", "Absolutely"],  # The edges of the scale
                results_save=True,  # Should it save the data?
                dimensions_mean=True,  # Compute the mean by dimension?
                analog=False,  # Lickert-like
                edges=[0, 7],  # Values underneath
                style="blue",  # The cursor's colour
                randomize=True)  # Randomize the question's order
n.close()
questinnaire computerize neuropsydia

Une version un peu plus complexe.

Neuropsydia permet de faire bien plus de choses encore, mais c’est déjà une bonne introduction. Comme prévu, le programe a enregistré un fichier de résultats contenant toutes les informations nécessaires.

questionnaire_results

NOTE : A chaque fois que vous voulez exécuter le programe, il faut ouvrir une nouvelle console python en cliquant sur l’onglet « Console » puis « Ouvrir une console Python ».

Vous trouverez ici directement les scripts utilisés, avec d’autres exemples.

Bon courage, et n’hésitez pas à me faire un retour si vous rencontrez des difficultés ou des problèmes. Ou juste pour me passer le bonjour 🙂

Publicités

Qu’est ce que la neuropsychologie ?

phreneologyhead-graphicsfairy010bProcédons à une expérience simple et amusante. Prenez un jeune et brillant neuropsychologue et demandez lui « qu’est ce que la neuropsychologie ? ». Dans certains cas, après quelques balbutiements, il vous répondra par un exemple issu de son métier ; « la neuropsychologie, c’est faire ci ou ça ». Au mieux, il vous donnera une réponse incomplète, voire fausse : «la neuropsychologie est un outil», « une méthode » ou pire, « un point de vue »…

Non pas que le neuropsychologue en question soit incompétent, loin de là. Mais c’est un exercice que nous n’avons pas l’habitude de faire. L’enseignement de la neuropsychologie vient petit à petit, de manière dénouée et parcellaire. Si, in fine, nous en acquérons une vision globale, jamais la verbaliser n’est nécessaire. De plus, la définition de la neuropsychologie, complexe et difficile à formuler, est surtout très débattue. Les métiers qui en découlent sont multiples et, trop souvent, d’aucuns essayent de circonscrire la neuropsychologie à leur petite activité. Par exemple, un neuropsychologue qui fera de la remédiation cognitive avec des patients psychiatriques aura sans doute une vision quelque peu différente de celui-ci qui réalise, jour après jour, des examens neuropsychologiques diagnostiques dans un service de neurologie. Et c’est sans compter tous les neuropsychologues ayant choisi une carrière universitaire et académique, enseignants et/ou chercheurs, parfois critiqués par leurs confrères cliniciens.

Aucun problème, dirait le lecteur averti, prenons une définition plus large. Pas si simple. La neuropsychologie occupe une place à part dans l’organigramme de la science, à la frontière exacte entre les sciences humaines, les sciences de la vie et les sciences médicales. En donner une définition trop large reviendrais à perdre son essence dans les tréfonds nébuleux des neurosciences et de la psychologie. Les neuropsychologues, qu’ils soient cliniciens ou pas, ont une formation commune, des bases théoriques spécifiques, un canevas d’analyse et d’interprétation sous-tendu par une méthode rigoureuse et scientifique.

C’est pourquoi, dans l’objectif d’un consensus ouvrant à la compréhension et au débat, je vais tenter de proposer une définition simple, complète et informative.

Le premier point obligatoire, l’axiome premier, est la notion de science. «Science», nous dit Schopenhauer dans sa thèse à l’intitulé baroque (De la quadruple racine du principe de raison suffisante), « signifie un système de connaissances, c’est-à-dire une totalité de connaissances reliées ensemble, par opposition à leur simple agrégat. ». Ce principe s’appliquant parfaitement à la neuropsychologie, qui contient des théories, des hypothèses et des preuves se nourrissants les unes des autres, elle devient de facto une science. Mais pas n’importe laquelle.

La neuropsychologie fait partie d’un amas de sciences ayant pour intérêt la constitution, le fonctionnement et la production d’un même objet : le cerveau. Par conséquent, elle fait partie intégrante des neurosciences. Elle se situe même à cheval entre les neurosciences médicales (la neurologie, la psychiatrie, la psychopathologie…) et les neurosciences fondamentales (la neurobiologie, la neurophysiologie, la psychologie cognitive…). De plus, elle est également liée par de multiples aspects aux neurosciences appliquées (psychopharmacologie, neuro-ingéniérie, neuromarketing etc.).

La nébuleuse des neurosciences.

La nébuleuse des neurosciences.

Comme dit plus haut, la neuropsychologie est un champs d’étude intégrant des théories, des méthodes d’investigations spécifiques, des débats et des experts, qui s’intéresse à la relation entre matière cérébrale, son organisation anatomique et fonctionnelle, et a son lien avec la cognition et la pensée.

Contrairement à d’autres domaines, la neuropsychologie possède également une composante pratique, appliquée, qui se développe dans l’évaluation, le diagnostic et la prise en charge de patients pouvant souffrir de pathologies très diverses.

Ces multiples facettes font la richesse de la neuropsychologie et offrent une liberté de travail potentiellement exceptionnelle. 

Ainsi donc, en résumé* :


La neuropsychologie est une science théorique et pratique étudiant le lien entre l’organisation et le fonctionnement du cerveau, la cognition, la pensée et le comportement.

Elle comporte deux aspects intimement liés :

  • La neuropsychologie expérimentale étudie les variabilités du cerveau et de la cognition (qu’elles soient d’origine pathologique ou non) pour tester des modèles et développer des théories sur le fonctionnement mental, visant ainsi à une meilleure compréhension de l’Homme.

  • La neuropsychologie clinique utilise les théories et les modèles sur le fonctionnement mental pour mieux détecter et appréhender les troubles et les déficits d’une pathologie, menant à un diagnostic précis, tout en développant et appliquant des prises en charges modernes et adaptées.

La neuropsychologie se situe au centre de la nébuleuse des neurosciences, au carrefour de la théorie et de la pratique. Ses praticiens, les neuropsychologues, sont liés par une formation commune, des bases théoriques spécifiques, un canevas d’analyse et d’interprétation sous-tendu par une méthode d’investigation rigoureuse et scientifique.


2017 : Cette définition est enseignée aux étudiants de psychologie de l’université Sorbonne Paris-Cité.

Fonctions exécutives et pathologies neurologiques et psychiatriques

Fonctions exécutives et pathologies neurologiques et psychiatriques - GREFEX (2008)

Fonctions exécutives et pathologies neurologiques et psychiatriques – GREFEX (2008)

 

Il existe un paradoxe en neuropsychologie. L’un des syndromes les plus rencontrés en clinique et les plus communs est le syndrome dyséxecutif. Il est absolument trans-pathologique. Ironiquement, c’est aussi sans doute le moins bien évalué.

Pourquoi ? Car la neuropsychologie cognitive elle même n’a qu’une idée très vague de ce que sont les fonctions exécutives. Là où elles commencent, leurs mécanismes d’action, la manière dont ils sous-tendent d’autres processus et ce qu’elles ne sont pas restent des questions encore largement débattues.

En tant que passionné du fonctionnement exécutif, je ne peux que m’émerveiller devant l’initiative du GRECO et en particulier de sa branche s’intéressant à ces processus. En résulte un bouquin intéressant, expliquant l’histoire et les modèles du fonctionnement exécutif, jusqu’à proposer donc sa batterie, normée et validée. Un outil de psychométrie puissant et bien fait, un véritable plus pour la neuropsychologie clinique.

J’ai ouï dire que le GREFEX 2 serait en préparation… j’ai hâte.