Neuro-anatomie clinique

Neuro-anatomie clinique et neurosciences connexes - Fitzgerald & Follan-Curran (2003)

Neuro-anatomie clinique et neurosciences connexes – Fitzgerald & Follan-Curran (2003)

Reprenons la rentrée sous un angle académique et universitaire. Cet ouvrage me fût conseillé durant mon cursus de neuropsychologie car, en effet, l’ouvrage tente de lier autant que possible (et comme son nom l’indique) neuroanatomie fondamentale et clinique.

C’est à dire qu’en plus de nous présenter à l’aide de schémas clairs les différentes parties, structures ou connexions cérébrales, il propose de décrire ce qui se passe quand celle-ci est lésée ou détruite. De plus, il y a beaucoup d’encarts concernant une grande variété de pathologies neurologiques, leurs étiologies et leurs symptômes. 

Cependant, comme encore beaucoup d’ouvrages de neuroanatomie, la partie concernant la cognition et le cortex n’est que modique comparée au reste. L’une des raison possible, qui devient le principal défaut de cet ouvrage, est son âge. 2003, en neurosciences, ça devient limite. D’aucuns dirons que je suis à cheval sur la nouveauté (ce qui est vrais), mais quand même, les neurosciences ont fait un tel bond ces 10 dernières années qu’il faut prendre ce facteur en compte, qu’on soit un maniaque de la modernité comme moi ou pas. 

Ainsi, s’il est parfait pour la découverte de la neuro-anat’ pour un clinicien (psychologue, psychiatre, …) intéressé aux neurosciences, il devient limité pour un neuro-scientifique cherchant l’exactitude et les dernières connaissances.

J’espère sincèrement qu’il y aura une nouvelle édition, tant il est pourtant bien pensé et richement décoré. 

Publicités

Anatomie clinique – Neuroanatomie

Anatomie clinique - Tome 5 - Kamina (2013)

Anatomie clinique,  Neuroanatomie (tome 5) – Kamina (2013)

 

Les neurosciences, et dedans la neuroanatomie avancent au galop. Les découvertes sont récentes et il est nécessaire de se mettre à jour fréquemment. Il ne nous suffit pas, comme chez les psychanalystes (exemple pris au hasard), de lire tous les livres de Freud pour que cela suffise à notre carrière, faite de commentaires et de re-commentaires de ces mêmes ouvrages.

Je cherchais donc un livre récent de neuroanatomie et mon dévolue s’est portée sur me tome 5 de la série du Pr Kamina, qui était attirant de par sa couverture élégante (après tout, un livre est aussi un objet de plaisir).

Mon avis est assez mitigé. Ce bouquin est sans doute très bien fait pour un neurologue ou un anatomiste. Il décrit avec précision l’ensemble des nerfs et des parties du cou jusqu’au cortex. Seulement voilà, pour le neuropsychologue que je suis, la partie sur, justement, le cortex et les connexions neurofonctionelles entre les aires cérébrales est à mon gout parfois léger. Encore une fois, l’ouvrage est excellent pour un public donné, mais j’imagine pas forcément approprié pour tout le monde. Les illustrations sont très belles (bien qu’un peu ternes)  et l’on déplore parfois qu’il y ait, en exagérant fortement, 5 illustrations de telle partie du nerf oculo-moteur mais qu’une seule illustration de telle coupe du cortex.

C’est néanmoins compréhensible, la neuroanatomie sous-corticale est bien plus complexe et moins évidente à saisir que la localisation des lobes et des aires corticales. L’intérêt réside dans la spécialisation fonctionnelle de ces dernières plutôt que dans leur organisation et donc, passionne plus un neuropsychologue qu’un anatomiste. C’est la raison, sans doute, pour laquelle les légères descriptions fonctionnelles neurocognitives présentes dans le livre ne sont ni exhaustives, ni même parfois totalement exactes. A chacun son métier, celui d’un anatomiste est déjà assez compliqué comme cela.

Ce très bel ouvrage est à conseiller aux passionnés d’anatomie structurale, en majorité sous-corticale, plutôt qu’à ceux qui recherchent des précisions en neuroanatomie fonctionnelle et des applications cliniques.