Freud: Verdict

large

Freud quand il a vu que les gens le prenaient au sérieux.

Alors que certains grands scientifiques contemporains se réclament aujourd’hui d’une nouvelle forme de neuropsychanalyse (cherchant à attribuer des bases biologique aux concepts freudiens, – idée souvent répudiée par les fervents analystes eux-même) et que moi-même je deviens curieux de dissocier plus finement ce qui relève de l’homme, de son « invention » (ou usurpation) et de son héritage, aussi bien littéraire, philosophique, scientifique, médical que thérapeutique (je crois que je me déradicalise…), je ne peux m’empêcher de sourire lorsque je tombe sur un article aussi incisif que celui de Crews (1996).

Il y a 20 ans, sans doute installé dans un bureau climatisé de la prestigieuse université de Berkeley, Californie, Frederick Crews, dans son article intitulé The Verdict on Freud, publié dans la revue Psychological Science, conclut le résumé par ces mots vitriolés.

As recent works by [il énumère une série d’étude scientifiques] attest, independent studies have begun to converge toward a verdict that was once considered a sign of extremism or even of neurosis that there is literally nothing to be said, scientifically or therapeutically, to the advantage of the entire Freudian system or any of its component dogmas.

« Comme en attestent ces récents travaux […], des études indépendantes commencent à converger vers un verdict autrefois considéré comme un signe d’extrémisme ou même de névrose : il n’y a littéralement rien a dire, aussi bien d’un point de vue scientifique que thérapeutique, sur de quelconques avantages du système Freudien ou des dogmes qui le composent. »

Le couperet tombe donc, ne laissant aucun échappatoire, sur la pensée freudienne mais aussi, avec finesse, sur l’argumentaire habituel anti-antipsychanalyse. En effet, de Freud jusqu’à ses disciples contemporains (comme Elizabeth Roudinesco ou Gérard Miller pour ne citer personne), certains analystes ont pour coutume, lorsqu’on ose critiquer le prophète ou sa parole sacrée, de l’expliquer avec mépris par le fait qu’on résiste (restant en somme un bon gros névrosé de base). La variante politique veut aussi qu’on soit antisémite ou nazi, exemples de diffamations qu’ont subi par exemple les auteurs du livre noir de la psychanalyse… D’où le pic habile lancé par Crews.

Publicités

Comment accéder gratuitement à tout article scientifique

0616-FEAT-sci-hub

Le fonctionnement de la recherche est parfois étrange. Censé être diffusée, partagée, ouverte à tous, les seuls pouvant pourtant accéder aux articles scientifiques sont les universitaires ayant la chance d’être abonné aux revues. Pire encore, dès lors qu’un chercheur publie son travail, celui-ci ne lui appartient plus !

Autrefois, l’activité la plus longue, complexe et fastidieuse d’un scientifique était la recherche des autres travaux accomplis sur un sujet donné. Imaginez-vous, en 1872, chercheur français s’intéressant aux mécanismes de communication du cerveau. De fantastiques travaux sont alors réalisés de par le monde, en Angleterre, en Espagne, en Italie, en Allemagne ou en Russie. Problème, le latin scolaire que l’on vous a enseigné est inutile : la plupart des recherches sont publiés dans leurs langues respectives et, à part quelques mots d’allemand ou d’italien, vous ne les maîtrisez pas assez. Autre problème, la circulation des revues et des livres. En effet, il faut voyager, se rendre dans les autres universités de par le monde et passer des journées entières à survoler les journaux en espérant trouver l’article qui fera avancer votre pensée. Et, à l’époque, se permettre de voyager longtemps et loin n’est pas à la portée de toutes les bourses.

De plus, dans cette époque tourmentée, il était courant que les états entrent en guerre les uns avec les autres, sonnant un glas temporaire sur ces pérégrinations intellectuelles. Ce système a perduré jusqu’à la guerre froide, où les recherches faites par les brillants chercheurs soviétiques étaient difficiles d’accès pour ceux de l’Ouest (et vice versa).

Mais alors, depuis la chute des blocs, la diminution de l’entrave à la libre circulation pour des motifs politiques, la démocratisation de l’anglais comme langue unique de recherche, la communication de masse, l’informatisation et la distribution des articles scientifiques grâce à internet ont-elles permis l’avènement d’un monde avançant ensemble vers la connaissance?

Que nenni !

Après les barrières culturelles et politiques s’est dressé une barrière économique.

Un diktat organisé par des éditeurs, tels que Elsevier, qui tiennent d’une poigne de fer l’accès aux articles et investissent des millions dans des paywalls au top de la technologie destinés à bloquer l’accès à tous ceux qui n’auraient pas mis la main à la poche. Et les prix pratiqués ne sont pas négligeables : 30-35€ la lecture d’un seul article, prévenant ainsi le citoyen lambda de se renseigner à la source, directement dans les articles, entretenant une ségrégation surannée entre les scientifiques et le reste du monde.

Pire encore : les éditeurs, malin comme ils sont, font des formules d’abonnement qu’ils proposent aux universités. Alors qu’en France, elles ont déjà une insuffisance totale de moyens, voilà qu’une part importante de leur budget sert à payer des éditeurs qui, rappelons le, ne servent à rien* (ils ne financent aucune recherche, n’en produisent pas non plus et, pire encore, demandent parfois au chercheur lui même de payer pour être publié). Bien entendu, pour certaines universités prestigieuses aux moyens conséquents, se doter d’abonnements pour toutes les revues n’est pas un problème. Pour l’université locale d’une ville du Kazakhstan, par contre, c’est une autre histoire…

On est loin de la recherche ouverte et accessible à tous.

Je n’ai pas cité le Kazahkstan par hasard. C’est dans ce pays que le Dr. Alexandra Elbakyan a réalisé son doctorat. Et, justement, son université n’avait aucun abonnement, rendant la tâche extrêmement ardue. Elle a donc décidé de créer un site qui court-circuiterait les paywalls et laisserait n’importe qui accéder à n’importe quel article scientifique librement. Sci-hub était né.

Bien évidement, les éditeurs n’ont pas été contents et n’ont pas attendu pour engager des procès à l’étudiante, qui doit se battre contre ces géants de l’édition. Ainsi donc, je ne peux que vous encourager d’utiliser son site, de le diffuser et, si vous pouvez, d’y contribuer. L’objectif de la science est d’être transparente, accessible et ouverte à tous.

Voici le lien, copiez simplement soit l’URL, soit le DOI  (si l’URL ne marche pas), soit le titre de l’article dans le moteur de recherche et laissez la magie opérer.

http://sci-hub.hk/

Ce site étant très souvent visé par les attaques en justice des éditeurs, il change souvent d’addresse. Si le lien ne fonctionne plus, merci de me contacter pour l’updater.

Si cela ne marche toujours pas, l’utilisation conjointe d’un VPN (certains sont gratuit et existent en extension chrome, ex: ZenMate ou Holla) a montré son utilité.

 


source: https://torrentfreak.com/sci-hub-tears-down-academias-illegal-copyright-paywalls-150627/

*Je ne parle pas, dans cet article, du cas des éditeurs open-access.